Les Habitants à Taipei, une nouvelle taïwanaise décrivant la capitale de Formose

Les Habitants à Taipei – Shu Kuo-Chih 

(cliquer dessus pour avoir la nouvelle!)

Pour ceux ayant déjà habité à Taipei, il est assez difficile de décrire la vie vécue là-bas, de trouver les mots justes pour faire comprendre tout ce qu’on a fait sur place. Lorsqu’on raconte, on a toujours l’impression au mieux d’oublier d’avoir dit quelque chose, au pire de sentir qu’on n’est pas juste. Alors, comment faire?

Je me suis moi-même retrouvé dans cette situation des milliers de fois, pour ne pas dire à chaque fois qu’on me pose la question : « Alors, Taipei, c’était comment? ».

Alors je laisse imaginer le soulagement que j’ai eu quand j’ai découvert assez par hasard une nouvelle décrivant Taipei : à chaque ligne, j’avais l’impression de tout revivre. Alors, comment s’appelle cette nouvelle?

translate

Il s’agit de 人在台北, une nouvelle écrite par 舒國治 [Shu Guozhi, ou Shu Kuo-chih selon la transcription taïwanaise) en 1996. Je vous entends déjà dire : « Non mais Aymeric, pourquoi tu mets le titre en chinois puis pas de français, ni même de l’anglais au moins?? ». Non non, ce n’est pas par fainéantise ni autre chose, c’est juste que… j’ai trouvé cette nouvelle dans un recueil bilingue chinois-anglais, donc aucune traduction française existe!

D’où mon désespoir : ENFIN j’ai trouvé une nouvelle dans laquelle Taipei est décrite avec tant de précision, mais voilà, ENCORE aucun moyen de partager ça avec tout le monde en France! Que faire alors??? Oui oui, il y a une traduction anglaise, mais très franchement, je ne l’ai pas trop appréciée, je ne la trouvais pas très proche du texte, et certains passages laissaient à désirer (par exemple, j’avais demandé à un ami de lire une partie en anglais, lui demander ce qu’il a compris, pour comparer avec la partie en chinois… la traduction anglaise était si ambiguë qu’il avait compris exactement l’inverse!).

55425057traduction-jpg

Je pense que vous l’avez sûrement bien compris, et si vous me connaissez, j’ai ma devise : « Si je n’aime pas quelque chose qui me tient à cœur, je ne critique pas, je corrige! ». Alors ni une ni deux, je m’attelais à traduire tout cela en français!

Comme diraient les Taïwanais, 說起很簡單, 做起很難, plus facile à dire qu’à faire! J’ai été confronté à des passages assez étranges, pour lesquels la traduction anglaise ne m’aidait pas vraiment, même mes professeurs chinois à l’université ne connaissaient pas du tout certaines expressions ou n’étaient pas familiers avec certains caractères, c’est dire la difficulté du texte! Pour ne pas mentir, j’ai commencé ce projet il y a déjà quelques mois, puis j’ai été un peu découragé par la difficulté et les autres obligations extérieures, mais je m’y suis remis avec sérieux, et sortez les fanfares, je n’ai pas abandonné!

[Update du 15 juin] J’ai enfin fini la traduction, autant dire que j’en suis vraiment ravi, alors je vais parler un peu plus de cette nouvelle ici!

Il s’agit d’une nouvelle dont le titre lui-même est, malgré les apparences, difficile à choisir : 人在台北 : dans le roman bilingue, il a été traduit par « Life in Taipei », ce qui se justifie, donc j’étais tenté de traduire par « La Vie à Taipei ». Mais plus je relisais la nouvelle, et plus j’avançais dans la traduction, et plus j’avais des doutes quant à ce titre. Ca me semblait trop statique, et j’ai vraiment eu la révélation en traduisant la fin de la nouvelle : j’ai donc fait mon choix, et c’est « Les Habitants à Taipei ».

Il y a 3 temps dans la nouvelle :

– D’abord, une présentation qui se veut brouillon, un peu comme si on donnait un panorama global dès le départ. J’aime beaucoup cette manière de faire, car ce n’est ni magnifié, ni enlaidi : la réalité est décrite comme si vous sortiez tout juste de l’aéroport!!

– La deuxième partie est plutôt consacrée aux sensations à Taipei… partie plus descriptive, plus courte, mais sympathique!

– La dernière partie est ma préférée : c’est plus profond sans être abstrait, il y a beaucoup plus de sentiments, et au final on a même du regret en arrivant à la fin : on voudrait que ce soit plus long!! Mais n’est-ce pas là ce que l’auteur voudrait que l’on ressente? Pour avoir la réponse, lisez jusqu’à la fin, et elle sera évidente!

Bref, je suis au final très heureux d’avoir fini cette (tout de même assez courte) traduction, car j’ai vraiment voulu traduire fidèlement au texte, retraduire non pas seulement les mots, mais aussi les sensations que je ressentais pendant la lecture de la nouvelle en chinois, et l’évolution de ces ressentis. Et en relisant la traduction, j’ai réussi à retrouver ce même sentiment, ce qui, je dois l’avouer, m’a rempli de fierté! (Mais je suis conscient que ce n’est sûrement pas parfait, loin de là! :p )

Enfin, pas un mot de plus, je vous souhaite une bonne lecture, la nouvelle est juste là en dessous, à vous de cliquer! 🙂

Les Habitants à Taipei – Shu Kuo-Chih 


Une réflexion sur “Les Habitants à Taipei, une nouvelle taïwanaise décrivant la capitale de Formose

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s